Le parcours Studio M

1/1

J’ai régulièrement des questions sur le parcours scolaire pour devenir Graphiste. Le miens en vérité est très atypique donc je me suis dis que je pourrais en faire le premier article de ce « blog ».

L’aventure Studio M a débuté en 2016 mais c’est bien avant que j’ai su qu’être Graphiste serait plus qu’un métier mais une véritable passion.

Au collège je souhaitais devenir avocate mais l’été qui a suivi mon brevet je me suis trouvé une passion pour la lecture de faits criminels et l’idée même de devoir défendre des meurtriers m’a refroidi. C’est en seconde que j’ai trouvé un interêt pour la communication. À vrai dire c’était la section à la mode et j’ai suivi le troupeau. J’ai boudé la seconde générale malgré un très bon bulletin pour partir en STG option Mercatique (merci la francisation hideuse du mot Marketing) histoire de commencer à mettre un pied dans le secteur. J’ai poursuivi avec un classique mais très plébiscité BTS Communication. Au premier stage qui devait initialement avoir lieu en imprimerie j’ai préféré un studio graphique (pas par choix mais par piston… ahem) et vous le comprenez maintenant… ce fut le coup de coeur ! J’ai commencé à pratiquer sur la suite Adobe, sur Mac (et j’étais complètement paumée) et à la fin de mon stage j’économisais pour m’acheter un Macbook Pro. Je passais mes weekends à reproduire des flyers trouvés un peu partout pour me faire la main. J’ai réalisé les 2 stages suivants dans des services communication pour réaliser la mise en page de divers supports. J’aimais de plus en plus ce que je faisais et je savais que graphiste serait mon métier.

J’ai poursuivi avec un diplôme universitaire en Infographie & WebDesign. En parallèle j’avais lancé un blog mode (c’était il y a 10 ans !) et grâce à lui je dégotait un poste de stagiaire au sein du pôle style d’une marque de prêt-à-porter très connue. Ce fut 6 mois très enrichissants et tout aussi… usants ! Moi qui en rêvait je me rendais compte que ce secteur n’était pas fait pour moi. J’ai fais la fine bouche et refusé un CDD. On était en septembre il était donc trop tard pour chercher une école alors je me suis lancée dans la vie active.

J’ai enchaîné pendant un an les postes d’info-graphiste en Intérim. Je savais que je « pouvais » faire plus alors j’ai repris un Master en Management et Création Multimédia. En parallèle et grâce au bouche à oreilles j’ai trouvé un temps partiel dans un studio graphique indépendant. C’EST LÀ BAS QUE J’AI TOUT APPRIS : la technique, la gestion clients et j’ai surtout compris que la créativité est relative. 

Pendant nos études on nous fait travailler sur des projets très créatifs qui sont en fait très loins de la réalité du travail.

J’ai validé mon Master 1 et lors de mon entrée en deuxième et dernière année mon patron m’a proposé un CDI que j’ai accepté et j’ai arrêté de vouloir à tout pris un diplôme pour un métier que je faisais déjà.

J’ai travaillé 3 ans dans ce studio, puis 3 autres années en tant que salariée dans une agence. Ces années ont été plus que formatrices. J’ai travaillé pour des avocats, des peintres en bâtiment, des restaurants… Graphiste est un métier qui demande beaucoup de polyvalence, d’entraînement, d’envie et un « rôle » d’acteur créatif perpétuel.

Un graphiste doit être le gardien de l’esthétique et de la cohérence d’une image tout en possédant un nombre de compétences variées (création de charte graphique, photographie, vidéo, webdesign…) et sans cesse à jour.